Velouté d’Achira avec moules et algues en croûte feuilletée.

“Alúa cultive des achiras rouges, que le fleuve transporte dans les parties les plus éloignées. Et l’Oulmá [la Lagune Noire] les embrasse pour les libérer généreusement sur les chemins qui mènent au Cerro de Las Maravillas. La mère de sa mère lui apprend des secrets. Cependant, la vieille femme dit : Quand tu seras grande, tu devras aller au Cerro de las Mujeres [Cerro Verde], au temple sans murs, et elles t’enseigneront la vérité sur les choses de la vie et les chemins de l’âme.“

Le Mystère du Coeur de Pierre. Carlos Ferrer Olmedo.

Luis Perrone Chef de Cuisine

C’est une recette qui puise son inspiration à la croisée des chemins entre la légende du peuple Arachan et l’histoire. C’est un drame et une prophétie que la nation amérindienne nous a légué. L’arachane qui, comme son étymologie l’indique, est « le peuple qui voit le soleil se lever » (Ara est le jour, et chane celui qui voit) a pour scène le département de Rocha en Uruguay à la frontière du Rio Grande do Sul au Brésil.

« Alúa cultive des achiras rouges, que le fleuve transporte dans les parties les plus éloignées. Et l’Oulmá [la Lagune Noire] les embrasse pour les libérer généreusement sur les chemins qui mènent au Cerro de Las Maravillas. La mère de sa mère lui apprend des secrets. Cependant, la vieille femme dit : Quand tu seras grande, tu devras aller au Cerro de las Mujeres [Cerro Verde], au temple sans murs, et elles t’enseigneront la…

Voir l’article original 514 mots de plus

Vincent Guerlais, l’agitateur de papilles

Une préférence qui se précisera à 14 ans, lorsqu’il réalise ses premiers stages en pâtisserie. Commence alors une formation qui aboutira à l’obtention d’un brevet de maîtrise en Pâtisserie Chocolaterie. Pour parfaire son apprentissage, Vincent s’est aguerri auprès des plus grands confiseurs français. C’est à 22 ans qu’il décide, aux côtés de son épouse, de … Continuer la lecture de Vincent Guerlais, l’agitateur de papilles

L’HISTOIRE DE LA BUCHE DE NOËL.

lacuisinedu19siecle

LA BÉNÉDICTION DE LA BÛCHE DE NOËL , PAUL KAUFFMAN , BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE DE STRASBOURG.
LES CADEAUX DE NOËL 1868, H.DAUMIER

Vous le savez peut être , la tradition de manger une bûche de Noël le 23 ou 24 décembre remonte au XIXè . Mais que vient faire une pâtisserie en forme de bûche dans cette fête chrétienne , ou plus certainement païenne ( en rapport avec le solstice d’hiver du 24 décembre ), et bien la tradition qui remonte très loin dans les siècles passé , consistait à mettre dans l’âtre de la maison a ces dates la plus grosse bûche possible et de préférence d’un bois qui se consumait très lentement, de la faire bénir , si on en avait les moyens et d’espérer qu’elle apporte santé et prospérité dans le foyer , l’idéal voulait quelle se consume un an, bien-sur cela relevait plus de vœu pieu que…

Voir l’article original 457 mots de plus

Fulbert-Dumonteil (Critique gastronomique XIXe)

20 mars 2009 Cet écrivain français est d’origine périgourdine puisqu’il est né à Vergt au sud de Périgueux en Dordogne le 10 avril 1830. Il fut un grand gastronome et a écrit de charmantes pages sur l’art de la cuisine, pages publiées dans l’ancien Figaro, et qui ont été réunies pour la plupart en un … Continuer la lecture de Fulbert-Dumonteil (Critique gastronomique XIXe)